Dystrophie alimentaire, (maladie de la faim, œdème sans protéines, etc.)

- maladie de malnutrition prolongée caractérisée par un épuisement général, un trouble de tous les types de métabolisme, une dystrophie des tissus et des organes avec violation de leurs fonctions.

???????????? ?????????

Étiologie et pathogenèse de la dystrophie Alimentaire

Apport insuffisant dans le corps et l'absorption des nutriments dus à des causes exogènes et endogènes (tumeur, rétrécissement cicatriciel de l'œsophage, du pylore, syndromes d'insuffisance digestive, absorption). Non seulement la diminution absolue, mais aussi relative (disproportionnée par rapport au travail physique effectué) de la teneur en calories des aliments, des changements qualitatifs de l'alimentation, en particulier une carence en protéines (principalement animales), en graisses; manque d'acides aminés essentiels, d'acides gras et de vitamines (principalement liposolubles).


Avec un manque prolongé de Nutrition, il y a une hypoprotéinémie, des changements dystrophiques dans divers organes et tissus, la fonction de nombreux organes est perturbée, une insuffisance polyglandulaire se produit. Les changements dystrophiques dans la paroi du tube digestif et les glandes digestives s'accompagnent de violations progressives de leurs fonctions et aggravent encore les changements métaboliques dans le corps.

Symptômes et évolution de la dystrophie Alimentaire

Il y a 3 étapes de la dystrophie alimentaire. Le stade I est caractérisé par une diminution de la Nutrition, une pollakiurie, une augmentation de l'appétit, de la soif, un désir d'augmentation de la consommation de sel de table. L'état général des patients ne souffre pas considérablement.

Au stade II, avec une perte de poids nette, l'état général des patients s'aggrave, il y a une faiblesse musculaire, la capacité de travail est perdue, il y a un œdème hypoprotéinémique sur les jambes, une hypothermie corporelle modérée. Il y a une augmentation de l'appétit et de la soif, de la poly - et de la pollakiurie, des changements dystrophiques initiaux dans divers organes, des changements dans la psyché.

Le stade III est caractérisé par la cachexie, la disparition complète du tissu adipeux sous-cutané, l'atrophie musculaire, une forte faiblesse (jusqu'à l'impossibilité complète de faire des mouvements indépendants), l'apathie, des changements prononcés dans la psyché, la paresthésie, la polyhypovitaminose, des signes d'insuffisance cardiaque, hépatique, anémie, constipation douloureuse, escarres souvent. Ensuite, une hypothermie sévère se développe (la température du corps diminue dans certains cas à 30 °C), une hypotension, une acidose; dans de nombreux cas, un coma affamé se développe ou une mort subite survient. L'évolution de la maladie en l'absence de mesures d'urgence est progressive jusqu'au développement d'un coma affamé. La mort des patients au stade III de la dystrophie alimentaire se produit sous la forme d'une mort lente et progressive, ou d'une mort dite accélérée (en un jour) causée par l'adhésion d'une maladie infectieuse, ainsi que d'une mort subite au moment même d'un léger effort physique. 
Depositphotos_30092251_s.jpg


Complications Dystrophie alimentaire

Fixation de maladies infectieuses (pneumonie, tuberculose, infections intestinales, etc.).


Traitement Dystrophie alimentaire

Observer le repos physique et mental complet dans les premiers jours, une alimentation complète, riche en vitamines et en protéines avec une expansion progressive du régime alimentaire. Simultanément-dans / dans l'introduction de plasma, d'hydrolysats de protéines, de vitamines. Thérapie symptomatique: lutte contre l'acidose, l'insuffisance cardiaque et vasculaire, diurétiques (avec œdème prononcé), hormones stéroïdes anabolisants. Expansion progressive du régime, éducation physique thérapeutique.

Avec un coma affamé-l'introduction de 50 ml d'une solution de glucose à 40% toutes les 2 heures, des substituts sanguins, du plasma, des hydrolysats protéiques, le réchauffement du patient; lors de l'élimination du coma – thé sucré chaud, puis l'alimentation fractionnée fréquente du patient (en petites portions) en utilisant les aliments les plus facilement digestibles.

Avec la dystrophie alimentaire causée par une violation de la perméabilité des parties supérieures du tube digestif, tout d'abord – l'élimination de la cause (sténose tumorale ou cicatricielle de l'œsophage, achalasie cardiaque)ou des opérations palliatives (gastrostomie, etc.)